Jusqu'en 2007, NOMOS Glashütte fabriquait des montres mécaniques de choix pour les amoureux des garde-temps du monde entier. Elle s'est petit à petit fait connaître pour son engagement en matière de conception et de précision d'instruments horaires, en remportant plusieurs récompenses tout au long de son parcours.

Mais, l'entreprise n'était pas totalement indépendante, statut quasiment inexistant dans l'industrie de l'horlogerie. Une société suisse appartenant à une multinationale fournissait (et fournit toujours) une grande majorité des horlogeries en prétendus échappements – cœur et cadenceur à l'intérieur des calibres de montres mécaniques. Sans échappement, pas de tic-tac.

Actuellement, très peu d'experts savent comment les fabriquer. Leur savoir-faire est jalousement protégé ou est simplement tombé aux oubliettes. Il n'existe aucun ouvrage, aucune trace écrite de formule mathématique, aucun outil à acheter. Les horlogers de Glashütte d'autrefois avaient l'expertise nécessaire. Cependant, la révolution du quartz dans les années 70 et 80 a éclipsé les compétences et équipements de production de la ville.

Cette période étant depuis longtemps révolue, on sait de nouveau reconnaître la maîtrise, la technique et la beauté des montres mécaniques, mais ceux qui savaient autrefois comment fabriquer un échappement ne sont plus là pour partager leurs connaissances. NOMOS Glashütte a donc décidé de faire bouger les lignes. En partenariat avec l'université technique de Dresde, l'entreprise a entamé la tâche herculéenne de développer son propre échappement. Et d'en profiter pour prendre son indépendance.

Les échappements sont des composants incroyablement fins. Aucune autre partie d'une montre mécanique n'autorise de marge d'erreur aussi faible. Le balancier et le ressort spiral doivent parfaitement fonctionner l'un avec l'autre selon leurs propriétés respectives. La dent de roue d'échappement doit être impeccablement concentrique. La plus petite erreur de calcul peut fausser le fonctionnement de l'ensemble de l'échappement. En bref, il y eut beaucoup d'années d'études intensives, d'expériences complexes et d'échecs de prototypes.

Mais il n'a jamais été question d'abandonner. L'échappement ultime, baptisé NOMOS Swing System, a été dévoilé au salon Baselworld en 2014, à l'origine du fonctionnement du modèle Metro. NOMOS Glashütte était désormais officiellement capable d'une chose qu'aucune autre entreprise ou presque ne pouvait accomplir : son propre échappement, fabriqué en série. « Parvenir à ce résultat, c'est un peu comme un alunissage », a déclaré Uwe Ahrendt. FAZ, journal allemand bien connu, a insinué que « même Apple surveillait de près » la petite entreprise horlogère de Glashütte.

Metro a été le premier modèle à fonctionner grâce au NOMOS Swing System et depuis, NOMOS a commencé à équiper tous ses calibres (fabriqués évidemment sur place) de ce système. Bientôt, toutes les montres NOMOS seront équipées de ce minuscule moteur interne.