L'horlogerie NOMOS Glashütte est plutôt prudente en termes de complications. Les créateurs de NOMOS se réfèrent aux directives du Deutscher Werkbund, aiment que les cadrans soient épurés et les boîtes élancées... et les complications ont tendance à prendre beaucoup de place. De fait, elles doivent être systématiquement réinventées avant de s'adapter comme il se doit sur une montre NOMOS.

La fonctionnalité de date brevetée, par exemple : l'anneau de date est monté sur des rubis et placé autour d'un mouvement et s'accorde ainsi parfaitement au calibre, rendant la montre à la fois élégante et plate. Autre exemple de notre expertise en la matière : l'indicateur de réserve de marche en forme de croissant qui indique à quel moment effectuer le remontage. Ce mécanisme inclut d'autres composants et a également été breveté.

Autre date importante de notre histoire : notre premier mouvement automatique maison que nous avons présenté en 2005. Il a permis à NOMOS Glashütte d'entrer dans le cercle très fermé des horlogers qui conçoivent leurs propres calibres (nous concevons à présent tous nos mouvements dans nos ateliers). Quelques années plus tard, la première fonctionnalité d'heure internationale de NOMOS voit le jour : le mouvement DUW 5201 fait marcher les deux modèles Zürich heure internationale et Tangomat GMT, de fait, devenues 24 montres en une.  

Afin de pouvoir constamment s'améliorer, NOMOS collabore avec l'université technique de Dresde et l'institut Fraunhofer. Nous avons pu ainsi mettre au point notre propre train à roues dentées, entre autres. Cela garantit également que les découvertes les plus récentes en matière de matériaux contribuent à notre travail d'horlogerie. Deux calibres en particulier font la fierté des horlogers du service R&D de NOMOS : DUW 1001 et DUW 2002, d'une sophistication incroyable au cœur des montres en or Lambda et Lux qui figurent parmi les meilleures – et les plus belles – de toute l'histoire de la fabrication made in Glashütte.